Orange ou rose, ils battent des records

Un mois de novembre haut en couleurs ! Les deux maisons d’enchères Sotheby’s et Chrisite’s ont vu battre deux records en l’espace de deux jours; l’une présentait un diamant rose quand l’autre vendait un diamant orange…

C’est avec du champagne rosé et la mélodie de La Panthère rose que Sotheby’s a célébré, ce 13 novembre, l’achat du Pink Star, le diamant vendu le plus cher au monde.

Pink Star - 10

Durant les 5 minutes les plus intenses de la journée, les enchères ont grimpé, par tranche d’un million. Quand un enchérisseur a annoncé au téléphone 67 millions de francs suisses, les 150 personnes présentes à la vente ont eu le souffle coupé, mais c’est dans un tonnerre d’applaudissements que la foule a félicité le nouvel acquéreur qui remporté cette merveille au prix record de 83 millions de dollars.

Son nouveau propriétaire est un lapidaire new-yorkais nommé Isaac Wolf et a rebaptisé ce diamant, à peine plus gros qu’une pièce de deux euros, Pink Dream…

The Orange - 4

La veille, alors que les experts l’estimaient entre 17,4 et 20,6 millions de dollars, The Orange a, quant à lui, été vendu au prix exorbitant de 35 millions de dollars.

Près de 200 personnes, parmi lesquelles son nouveau propriétaire, un collectionneur privé souhaitant rester anonyme, été réunies dans un palace genevois pour assister à la vente aux enchères de ce diamant orange vif de la taille d’une grosse amande.

« C’est un record mondial pour un diamant orange, c’est un record mondial du prix de vente par carat pour un diamant de couleur (2398151 $ par carat, ndlr)  nous explique le commissaire-priseur, ajoutant que si certains achètent des diamants pour investir beaucoup le font par passion:  Comme on achète un Picasso ou Van Gogh. »

 

Les pierres de couleur sont en fait des erreurs de la nature puisque ce sont des impuretés enfermées dans le carbone au moment de la  création du diamant qui leur donnent leur teinte. Il est amusant de constater l’engouement des foules pour ces cailloux « défaillants »…

Éloge de la main

Découvrez les coulisses de la création joaillère et pénétrez dans les ateliers de la place Vendôme de la maison Van Cleef & ArpelsÉloge de la main de Franco Cologni est un vibrant hommage au savoir-faire et à la passion des mains d’or, ces artisans œuvrant dans l’ombre pour créer des pièces sublimes.

Éloge de la main - 1

Vous allez enfin comprendre comment chaque corps de métier officie et met sa technique et son habileté au service des chefs-d’œuvre qui font la renommée de cette maison.

Eloge de la main - 5
Dessinateurs, maquettistes, joailliers, sertisseurs et polisseurs dévoilent leurs secrets, révèlent leur talent et leur soin du détail.  Au fil de ses 200 pages richement illustrées, l’ouvrage retrace l’histoire et les spécificités des différents corps de métiers, consacrant un chapitre à chacun de ces artisans  virtuoses.

L’Éloge de la main traduit l’amour des objets et met le doigt sur cette recherche permanente de la perfection que l’on nomme excellence.

Cet ouvrage  lève le voile sur la technique du serti mystérieux, l’une des signatures de la maison Van Cleef & Arpels et met en avant la dextérité et l’indispensable complémentarité des talents de ces professionnels.

Eloge de la main - 4
Somptueusement illustré par les photos en noir et blanc de  Francesco Cito, ce livre vous fait voyager au cœur du monde fascinant de la haute joaillerie.

L’Éloge de la main est une admirable ode au geste créatif et créateur et permet aux amoureux de la beauté de comprendre comment, à partir des matérieux les plus nobles offerts par la Terre, l’on faconne ce rêve appelé luxe.

L’ouvrage est publié par Marsilio Editori, maison d’édition italienne spécialisée dans les livres d’art, et également développé en version digitale disponible sur l’iBookstore en français (Eloge de la Main).

Victoria’s Secret et Mouawad, un tandem à 10 millions de dollars !

Le 10 décembre prochain, le top model Candice Swanepoel portera le soutien-gorge le plus cher du monde lors du défilé de Victoria’s Secret.

Royal Fantasy Mouawad VS - 2À chaque collection, la marque de lingerie invite un joaillier à créer un ensemble, sobrement nommé Fantasy Bra. Cette année, le privilège revient à la maison Mouawad qui, depuis quatre générations, nous émerveille avec ses compositions.

Ainsi, après des mois de travail, le joaillier et la créatice s’associent pour nous présenter leur petite merveille: le Royal Fantasy. Un ensemble créé sur le thème de la royauté aux couleurs rouge et bleu. Le tout est orné de plus de 4200 rubis, saphirs bleus et jaunes et diamants, montés sur de l’or 18 carats. Dernier détail, la pierre principale, un rubis taillé en forme de poire, pèse de 52 carats (et le mannequin, messieurs, a les yeux bleux !)

Allez, 10 millions de dollars et il est à vous!

Royal Fantasy Mouawad VS - 1

 

Les 11 jours des 12,47 carats.

Le 30 septembre dernier, l’exploitant minier Gem Diamonds annonçait la mise au jour de deux pierres exceptionnelles au Lesotho, un brut bleu de 12,47 carats et un autre, blanc, de 83,8 carats.  Onze jours et 9200 km plus tard, les deux diamants étaient vendus !

Gem Diamond - 12,47 ct Blue - 3

Le diamant bleu de 12,47 carats

Le diamant bleu a été acheté 7,52 millions de dollars (soit 603 047 $ le carat) et son grand frère, 4,8 millions de dollars (soit 59 173 $ le carat). Cet écart significatif s’explique par la rareté des diamants de couleur et l’exceptionnelle qualité de la gemme bleutée proposée.

Gem Diamonds précise que le diamant bleu a été découvert dans la pipe principale de la mine, alors que le plus gros l’a été dans une pipe annexe. L’exploitant compte bien concentrer ses recherches dans ce conduit auxiliaire et y trouver d’autres grosses pierres intactes telles que celle-ci …

Star of Lesotho - 53,11 ct - 2

The Star of Lesotho, avant d’être taillé en forme de cœur, il pesait 123 carats.

La mine de Letseng produit régulièrement des pierres de grande taille et d’essence remarquable parmi lesquelles on compte le Star of Lesotho, un diamant de 53,11 carats découvert en 2005.

 

 

 

One in a million

Argyle new

Rio Tinto peut se montrer fier des résultats de l’Argyle Pink Diamonds Tender, la vente annuelle des pierres de couleur extraites de la mine australienne d’Argyle. Cet événement, qui a vu se presser des acheteurs du monde entier décidés à admirer les 64 diamants présentés , aura duré plus de trois semaines. Vendeurs et acquéreurs s’accordent à dire que le cru 2013 était hors du commun.

Trois diamants rouges d’exception été proposés, dont la star de l’année, l’Argyle Phoenix, un brillant de 1,56 carat qui a hérité du plus haut grade du GIA (Gemmological Insitute of America).  « Depuis les débuts de l’exploitation de la mine en 1983, seuls six diamants rouges certifiés par le GIA ont été présentés à l’occasion de l’Argyle Pink Diamonds Tender. Proposer trois diamants de cette nature en même temps rend cette vente très singulière » déclare Josephine Johnson de Rio Tinto, l’exploitant de la mine.

4 051713_Diamond
L’Argyle Phoenix s’envole désormais pour Syngapour, où réside le bijoutier qui l’a acquise pour plus de 2 millions de dollars. Le prix de vente exact reste secret puisque la transaction a été soumise à un accord de confidentialité.

 

La mine d’Argyle est reconnue pour la qualité de ses diamants et produit plus de 90% des fancy colors (roses pour la plupart), cette vente nous a donné l’occasion d’en mesurer la rareté. Ainsi, ont été vendus 58 diamants roses, 3 diamants bleus et 3 rouges de poids et  de formes variées.

Pour la première fois, une pierre de plus de trois carats était mise en vente, l’Argyle Imprerial, un diamant de 3,02 carats taillé en radiant  et classé fancy intense orangy pink.

Argyle Dauphine
Autre record atteint cette année, celui de l’Argyle Dauphine, diamant d’un rose profond de 2,51 carats, qu’un marchand américain a acheté plus de 2 millions de dollars…

 

 

Selon la légende aborigène, la mine Argyle se serait formée lorsqu’un poisson barramundi a sauté à travers les mailles d’un filet de trois pêcheurs. Les diamants blancs seraient ainsi ses écailles étincelantes et les roses des fragments de son cœur… Joli !

imagesCAWVCWE4

Quatre des 64 pierres mises en vente:
l’Argyle Phoenix: brillant de 1,56 carat, Fancy Red, I2
l‘Argyle Seraphina: princesse de 2,02 carats, Fancy Intense Purple-Pink, SI2
l’Argyle Aurelia: ovale de 1,18 carat, Fancy Intense Purplish Pink, SI2
l’Argyle Celestial: cœur de 0,71 carat, Fancy Dark Gray-Blue, VS1

Une sur un million, c’est la proportion de pierres de couleur parmi des diamants blancs, pas étonnant donc que leur prix puisse être 50 fois supérieur…

 

 

Diana en Chopard

Pour les besoins du film Diana, le réalisateur Oliver Hirschbiegel a fait appel à la maison Chopard pour créer des parures et des montres à l’image de la Princesse de Galles.  Habitué des collaborations avec le septième art, le joaillier suisse a su rendre à merveille le style de Lady Di, mélange de glamour, de simplicité et de romantisme.

Sélection en images des plus belles pièces visibles dans le film…

Diana Chopard -2

Collier plastron en or et platine orné de 92 diamants poires, brillants et coussins. L’actrice Naomi Watts l’arborait sur le tapis rouge du festival de Cannes, en mai 2012.

Diana Chopard -1

Collier composé de diamants de multiples formes, imaginé par Chopard.

 

Diana Chopard -3

Perles grises montées sur or blanc et ornées de brillants.

Diana Chopard -4

Boucles d’oreilles en saphir ovales et diamants ronds.

Ces bijoux en saphir sont inspirés de la bague de fiancailles de Diana (qui appartient désormais à Kate, l’épouse de son fils William).

Celle-ci avait pour habitude de porter ce type de boucles d’oreilles, seules; elles convenaient parfaitement à sa coupe de cheveux et dégageaient avantageusement son cou gracieux.

Dans la version finale du film, ce sont de nombreux autres bijoux, montres et sacs Chopard que l’on peut voir, notamment issus de la collection Happy Diamonds et des créations de haute joaillerie de la marque, mais aussi une boutique !En effet, le réalisateur rappelle sans complaisance le harcèlement des paparazzi, photographiant la princesse en plein shopping…

 

DSC_6872.JPG

Christie’s en orange !

Décidemment, les maisons d’enchères se livrent une compétition sans merci cette année! Quand Sotheby’s met en vente un diamant rose d’exception, Christie’s lui répond en présentant, à sa vente Magnificent Jewel de Genève, une pierre orange.
Fancy colors à l’honneur !

The Orange - 1

Voici donc The Orange, un diamant orange vif taillé en poire.
Les gemmes de cette teinte excèdent rarement les 3 ou 4 carats une fois polis, ce qui fait du Orange, avec ses 14,82 carats, une pierre hors-norme. Le GIA (Gemmological Institue of America) note sa pureté VS1 et le classe IIa.
Les experts de Christie’s envisagent un prix de vente entre 17 à 20 millions de dollars.

À ce jour, le plus grand diamant orange jamais vendu aux enchères est le Pumpkin Diamond (Diamant Citrouille), une pierre de 5,54 carats, acquise pour 1,3 million de dollars  en 1997 par la compagnie Harry Winston. 

Ne nous enflammons pas tout de même, le dernier diamant de couleur mis en vente, le Premier Blue, n’a pas trouvé d’acheteur. Gageons plutôt que ce « diamant de feu » fera fondre le cœur des enchérisseurs…
Réponse, le 12 novembre prochain.

 

Les 235,16 carats d’Alrosa

L’exploitant Alrosa est un petit cachotier!
En effet, en septembre a été découvert un brut de 235,16 carats à Yubileynaya, en Russie, mais c’est seulement maintenant qu’on nous l’annonce.

Le diamant présente de légères nuances de jaune et de petites inclusions de sulfure de graphite, mesure 4,2 cm sur 2,6 cm sur 2,8 cm et  a une valeur estimée à 1,5 voire 2 millions de dollars.

Alrosa 235 ct

Le géant  minier indique que ses nouvelles méthodes d’extraction permettent de préserver les pierres de grosse taille et de limiter leur broyage. On imagine (et espère) que d’autres grands diamants seront mis au jour.
Un peu de patience…

 

Deux diamants et une seule vente…

Nous vous l’annoncions le mois dernier, lundi a eu lieu la vente Magnificent Jewels and Jadeite de Sotheby’s. À cette occasion étaient présentées deux pierres singulières: Premier Blue et son grand frère de 118,28 carats, provisoirement baptisé Diamant ovale magnifique.

Le premier, un diamant bleu vif de 7,59 carats n’a étonnament pas trouvé preneur, les enchères n’atteignant pas le prix de réserve fixé à 19 millions de dollars . On constate pourtant, depuis quelques temps, un véritable engouement des collectionneurs pour les diamants de couleur. Patientons un peu et gageons que nous le reverrons très prochainement.

wx13092401
Le second fait dorénavant partie des cinq diamants blancs de plus de 100 carats qui ont enflammé les salles de ventes avec The Star of the Season (100.10 carats), The Star of Happiness (100.36 carats), le Winston Legacy (101.73 carats) et The Mouawad Splendour (101.84 carats).

 

On s’attendait à ce que le prix de vente de cette pierre s’envole mais les enhérisseurs se sont montrés raisonnables et son nouveau propriétaire l’a empoché pour 27,3 millions de dollars (30,6, commission incluse)  alors qu’il était estimé à un minimum de 28 millions de dollars.  Le mystère plane toujours autour des origines de ce diamant, Sotheby’s ayant simplement indiqué qu’il provenait d’un pays d’Afrique du sud, évitant ainsi la controverse sur les conditions d’exploitation des mines diamantifères.

Bien qu’en deça des espérances, cette vente fait désormais de la filiale asiatique de Sotheby’s une place incontournable dans la vente des pierres d’exception et donne au diamant le statut de support d’investissement immanquable.

 

Un diamant brut de 83,8 carats découvert au Lesotho.

83,8 Letšeng

Gem Diamonds nous l’annonce avec fierté, un exceptionnel diamant blanc de 83,8 carats vient d’être découvert dans la mine de Letseng, au Lesotho. Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, une autre pierre, tout aussi rare a été mise au jour; il s’agit d’un diamant bleu de 12,47 carats!

Ce petit état africain abrite des ressources diamantifères hors du commun et offre régulièrement au monde des pierres de couleur ou des diamants blancs de grande taille.
Les deux gemmes seront prochainement mises en vente à Anvers.